Home En forme

Informations générales : 

L’Olivier est l’arbre séculaire et traditionnel de toutes les civilisations de la Méditerranée. Il est abondamment cultivé sur tout le pourtour de cette mer.

 

 

 

 

olives-1

Partie utilisée : les feuilles.

 

Cette culture intensive a naturellement pour but la récolte des olives, et la production de l’huile. Mais la feuille d’olivier, elle aussi, a une longue histoire médicale : elle fut longtemps utilisée comme fébrifuge, et vulnéraire (cicatrisation des plaies en usage externe) mais des études modernes ont montré que l’olivier était un des hypotenseurs végétaux les plus intéressants.

 

Propriétés reconnues par la pratique :

  • hypotenseur
  •  hypoglycémiant léger
  •  diurétique.

 

Il est intéressant de l’utiliser dans les cas de :

  • hypertension artérielle moyenne
  • diabète
  • diurèse insuffisante.

0 2419

La musicothérapie consiste en l’utilisation de la musique comme outil thérapeutique de base, pour rétablir, maintenir ou améliorer la santé mentale, physique et émotionnelle d’une personne.

 

ecouter de la musique

 

Il s’agit de l’utilisation de la production ou de l’écoute musicale pour induire un état de relaxation chez le patient et de favoriser l’expression d’émotions. La musique stimule la mémoire et peut avoir un effet anti-douleur chez les malades. Le rythme musical accélère la libération d’endorphines, les analgésiques naturels du corps.

 

Le musicothérapeute cherche à atteindre la sphère émotionnelle du destinataire, à ouvrir des canaux de communications, à provoquer, à l’aide de stimuli sonores, un état émotionnel agréable, réconfortant pouvant permettre de lutter contre certaines douleurs, certains mal-être.

 

En effet, en influençant certaines de nos émotions, la musique a la capacité de stimuler ou de réprimer certaines fonctions de l’organisme (comme le métabolisme, la tension et le pouls, la contraction musculaire, le rythme respiratoire et les sécrétions de certaines hormones).

 

En musicothérapie, on utilise souvent de la musique enregistrée, qui a pour avantage de pouvoir être très variée. On utilise également la musique jouée en direct.

On compte plus de 100 stations thermales en France en 1999. Plus de 550.000 personnes vont chaque année en cure. Mais pourquoi ? Quelles sont les indications médicales des cures ? Est-ce efficace ? Voilà quelques éléments de réponse.

 

cure

La Sécurité Sociale a distingué 12 grandes orientations thérapeutiques :

  • La souffrance articulaire est le premier motif de fréquentation d'une cure thermale : arthrose, rhumatismes inflammatoires chroniques (en dehors des périodes de poussées), séquelles de traumatismes, et aussi tendinites rebelles, mal de dos chronique,... Cures interdites dans les phases aiguës et dans les maladies osseuses. Sont proposés des bains, douches, étuves, applications de boues, bains de vapeur, avec en outre des séances de massages sous l'eau, ou séances de mobilisation en piscine. L'eau chaude calme la douleur et permet de retrouver une certaine souplesse articulaire.

 

cure-1

 

  • Les affections des voies respiratoires concernent aussi bien l'adulte que l'enfant : infections ou allergies chroniques et récidivantes. Cures interdites pendant les phases aiguës, en cas de tuberculose, d'insuffisance cardiaque ou respiratoire, ou de mucoviscidose. Outre les bains et douches classiques, des soins particuliers sont proposés : inhalations, lavages de gorge, douches pharyngiennes, lavages de nez, lavages des sinus, insufflations tubaires, séances de vaporarium, et parfois kinésithérapie respiratoire.

 

  • Les soins concernent une vaste gamme de problèmes dermatologiques : eczéma, psoriasis, et aussi cicatrices hypertrophiques, séquelles de brûlures, ichtyose, rosacée du visage. Cures interdites en cas d'infection, de cancer. Les eaux thermales sont utilisées sous forme de bains, pulvérisations faciales ou générales, massages sous l'eau. La douche filiforme calme douleurs et démangeaisons, et accélère la cicatrisation. De nombreuses stations proposent aussi une approche psychologique.

 

  • Les affections digestives concernées peuvent être : colopathies fonctionnelles, troubles de la digestion, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, diverticulose, troubles fonctionnels hépatiques, ainsi que certains problèmes de surpoids et d'obésité. Cures interdites en cas d'ulcère en évolution, de cancer, de cirrhose, de maladies en phase aiguë. La cure de boisson est la base du traitement, associée à des techniques variables : bains, douches, boues, massages, parfois douche intestinale, goutte à goutte rectal. En cas de surpoids, évidemment, s'ajoute une prise en charge diététique, voire psychologique.

 

  • Les douleurs pelviennes féminines (douleurs post-opératoires, lors des règles, lors des rapports sexuels), et les troubles fonctionnels de la ménopause et dans les suites de salpingite peuvent bénéficier des actions calmante et anti-inflammatoire des eaux thermales : irrigations vaginales avec de l'eau chaude, pulvérisations d'eau minérale sur le col utérin, compresses de boue, compresses abdominales, douches. Cures interdites en cas de cancer, de tuberculose, d'infection en phase aiguë, de mycose.

cure-2

  • Tous les stades de l'insuffisance veineuse peuvent bénéficier des soins thermaux, et notamment la prévention de phlébite et la maladie variqueuse, ou encore la sensation de jambes lourdes, les crampes, les gonflements (lymphoedème). Cures interdites si ulcère veineux, poussée de lymphangite, eczéma suintant, insuffisance cardiaque, cancer. Soins proposés : bains, douches, massages sous l'eau, parfois bains de siège, bains de boue, drainage manuel des stases veineuses dans le bain. Des conseils d'hygiène sont aussi mis en pratique : éviter les sources de chaleur, la station debout prolongée, les excitants (café, thé).

 

  • La cavité buccale fait l'objet de soins en matière de tissus de soutien de la dent (parodonte) pour prévenir les déchaussements. Ainsi en cas de gingivite ou parodontite. La cure est aussi proposée en cas d'aphtose, de mycose buccale, d'inflammation de la langue. Cures interdites en cas d'herpès ou autre affection contagieuse. Les soins sont basés sur la cure de boisson et des soins locaux : pulvérisations de la cavité buccale, douches gingivales. Des conseils en matière d'hygiène bucco-dentaire sont aussi donnés.

 

  • Plusieurs affections urinaires bénéficient du thermalisme : calculs rénaux, infections urinaires à répétition. Cures interdites en cas de lithiase obstructive, hypertrophie de la prostate, insuffisance rénale. Les soins reposent sur la cure de boisson (deux à trois litres par jour) pour assurer une bonne diurèse, et en complément bains et douches, ou soins locaux (irrigations vaginales).

 

  • Les troubles psychosomatiques comme l'anxiété, la spasmophilie, les troubles du sommeil, les troubles fonctionnels sans cause organique retrouvée, les phobies ou obsessions, en dehors des phases aiguës interdisant la vie en collectivité, peuvent se voir proposer une hydrothérapie : bains bouillonnants, massages, douches sous l'eau, et des séances de relaxation.

 

cure-3

  • Parmi les maladies cardio-vasculaires bénéficiant des cures, on compte l'artérite des membres inférieurs avant le stade des douleurs permanentes (outre l'arrêt du tabac, la pratique de la marche, la prise de médicaments adaptés), l'hypertension, l'angine de poitrine, le syndrome de Raynaud. Sont proposés les bains, les douches locales ou générales, le couloir de marche à contre-courant, parfois des bains carbogazeux, l'injection de gaz thermal le long des trajets artériels, des douches locales à l'eau chaude. Cures interdites si gangrène artérite infectieuse, maladie de Buerger, en cas de crises d'angine de poitrine, d'accident vasculaire de moins de six mois, d'intervention chirurgicale artérielle de moins de six mois, de tabagisme important.

 

  • L'énurésie demande un traitement de trois semaines à trois mois, à base de cure de boisson (biquotidienne), complétée par bains, douches et éducation sanitaire, et de rééducation mictionnelle. D'autres problèmes de développement peuvent être concernés : séquelles de fractures, infections ORL à répétition, maladies osseuses de la croissance, anorexie, instabilité psychomotrice. Cures interdites en cas de maladie aiguë, de déficit immunitaire, de mucoviscidose, de troubles métaboliques ou rénaux.

 

  • Les affections neurologiques sont surtout concernées en cas de douleurs : douleurs des névrites et polynévrites, douleurs des amputés, séquelles de zona. Cures interdites en cas de polynévrite diabétique, d'incontinence urinaire, de pathologies cutanées, de maladie en phase aiguë. Les soins comprennent des bains, des douches sous-marines, des applications de boues, des pulvérisations. Une rééducation fonctionnelle en piscine est parfois proposée, la mobilisation sous l'eau diminuant la raideur et la rétraction des tendons.

 

0 1256

Plusieurs trucs :

  • Dormez avec le matelas légèrement surélevé au niveau des pieds.
  • Prenez une douche froide avant de vous allonger pour dormir : en commençant par les pieds, puis en remontant jusqu'aux chevilles et aux mollets.
  • Si vous êtes au bord de la mer, marchez de temps en temps 20 minutes dans l'eau.
  • Evitez le soleil et les pièces trop chauffées (surtout jamais de chauffage par le sol).

 

pieds

 

Définition

Les varices sont des veines bleuâtres, dilatées et tordues plus ou moins saillantes qui apparaissent généralement sur les jambes. Il s’agit en fait de la dilatation permanente d’une veine qui altère sa paroi.

 

jambes

Explication : les personnes qui ont des varices souffrent d’insuffisance veineuse chronique. Les artères acheminent le sang vers la périphérie du corps à partir du cœur. Les veines, elles, le ramène vers le coeur pour le réoxygéner.

Les varices apparaissent lorsque le système veineux a des difficultés à assurer le retour du sang vers le cœur.

Les varices entraînent une accumulation du sang dans les jambes qui provoque des lourdeurs, des fourmillements, des crampes.

Toutes les veines peuvent devenir variqueuses, mais on les retrouve plus souvent au niveau des jambes car c’est à cet endroit que les veines des jambes doivent fournir plus d’efforts pour faire remonter le sang au cœur.

Mais il arrive aussi parfois que les varices apparaissent dans la région de la vulve (varice vulvaire), de l’anus et du rectum (hémorroïdes) ou du scrotum (varicocèle).

En général, on distingue deux types de varices :

  • Les varices qui touchent principalement les veines superficielles qui remontent le long de la jambe (dans 95 % des cas),
  •  Plus rare, les varices provenant d’un trouble des veines profondes, d’une phlébite (inflammation d’une veine pouvant causer la formation d’un caillot et le blocage de la veine).

Symptômes

Il est important de décrire les symptômes « post-varices » afin de pouvoir les prévenir, les détecter. On ressent tout d’abord des fourmillements, une sensation de lourdeur dans les jambes, des crampes nocturnes ou de l’enflure aux chevilles et aux pieds. (Attention, ce n’est pas parce que vous ressentez ces symptômes que vous allez avoir des varices...).

Vient ensuite l’étape où les varices apparaissent : veines bleutées, dilatées et bosselées.

L’étape suivante est la (ou les) complication. Parfois, les varices, les insuffisances veineuses peuvent entraîner de l’eczéma, un ulcère de jambe, une rétention d’eau, voir une thrombophlébite (un caillot de sang se forme et obstrue une veine).

Facteurs et personnes à risque

Ici, beaucoup de facteurs peuvent être en cause, notamment, beaucoup de personnes peuvent être touchées par ce problème :

  •  l’hérédité expliquerait 50% des cas de personnes souffrant de varices
  •  malheureusement mesdames, ce sont encore nous les plus susceptibles de douffrir de ce problème. Cela s’expliquerait par les changements hormonaux liés à la grossesse, aux périodes prémenstruelles et à la ménopause, qui contribuent aussi à fragiliser les parois veineuses. La pilule contraceptive jouerait également un rôle
  •  les personnes plus âgées y sont plus sujettes. En vieillissant, les veines commencent à perdre de leur élasticité et de leur capacité à se contracter
  •  les personnes étant régulièrement et longtemps en position debout, notamment pour leur travail, sont particulièrement touchées.

En plus de cela, on dénombre certains facteurs de risque pouvant être (pour partie) à l’origine des varices :

  •  l’exposition à la chaleur
  •  la station assise ou debout prolongée
  •  le manque d’exercice physique
  •  l’excès de poids.

Préventions

Ces quelques petits conseils à appliquer au quotidien peuvent s’avérer utile dans la prévention des varices, ou la prévention de l’aggravation des varices :

  •  veillez à ne pas porter des vêtements trop serrés (jeans étroits, bas à élastiques, chaussures trop étroites) -préférez les chaussures à talons plats, mais pas trop : les petits talons font davantage travailler les muscles des mollets et aident au travail des veines
  •  évitez autant que possible les sources de chaleur (douches et bains très chauds, saunas, bains de soleil)
  •  pour vous soulager, pensez aux douches froides sur vos jambes
  •  surélevez vos jambes aussi souvent que possible à un niveau supérieur à vos hanches. -évitez de rester debout ou assis trop longtemps
  •  essayez de pratiquer une activité physique régulière (marche, vélo, natation).

Solutions naturelles

De nombreuses plantes, vitamines, oligo-éléments et acides gras essentiels sont très bénéfiques à la circulation veineuse. Il suffit juste d’y penser et de les intégrer petit à petit dans son alimentation...

Les acides gras Oméga 3

Les Oméga 3 interviennent dans tous les processus de reproduction et de croissance, la formation des cellules (seuls les Oméga 3 interviennent dans la formation des membranes des cellules et dans celle de la rétine), l’intégrité de la peau, les fonctions rénales, les réactions inflammatoires, allergiques, vasculaires, immunitaires, l’agrégation plaquettaire, premier stade de la coagulation du sang. Ils participent au maintien de l’élasticité des vaisseaux.

On trouve des acides gras Oméga 3 dans les huiles d’olive, de soja, de noix ou de colza et la margarine de colza. Les noix et le poisson gras en sont également très riches - sardines, maquereaux, saumon, hareng en particulier.

La vitamine C

La vitamine C est nécessaire à la synthèse des vaisseaux sanguins et des muscles. Elle favorise l’absorption du fer présent dans les aliments. Elle intervient dans plusieurs mécanismes hormonaux. Elle joue également un rôle dans l’élimination des substances toxiques. Enfin, elle a des propriétés anti-oxydantes, c’est-à-dire qu’elle est essentielle à la fabrication du collagène, qui assure la solidité et la tonicité des parois veineuses.

Lorsque vous manquez de vitamine C, votre corps fabrique moins de collagène, cela se traduit par une perte des capacités de soutien au niveau des veines ce qui entraîne leur dégradation.

Les meilleures sources de vitamine C : kiwi, goyave, persil, cassis, estragon, oseille, poivron, brocoli, cresson, citron, orange.

La vitamine E

La vitamine E est une vitamine lipophile (c’est-à-dire soluble dans les lipides, mais insoluble dans l’eau), présente en grande quantité dans les huiles végétales, et possédant une activité antioxydante, en conjugaison avec la vitamine C et le glutathion. Elle a un effet protecteur particulièrement important vis-à-vis des cellules de l’organisme. Elle joue un rôle important dans les mécanismes de la procréation et intervient dans la synthèse des globules rouges.

Mais surtout, elle possède également une autre propriété intéressante dans le cadre de l’insuffisance veineuse : elle contribue à fluidifier le sang et réduit le risque de thrombose.

Les sources les plus intéressantes de vitamine E sont les huiles végétales, les oléagineux (amandes, noix).

Les flavonoïdes

Les flavonoïdes sont des anti-oxydants que l’on retrouve dans beaucoup d’aliments et végétaux (racines, fleurs, feuilles. Ils combattent l’inflammation, fluidifient le sang, stimulent la contraction veineuse et renforcent les parois vasculaires.

On les retrouve notamment dans le raisin, les fruits rouges (cassis, mûres, framboises), les choux, le persil, les épinards et brocolis mais aussi dans le thé, les tisanes. Et n’oubliez pas qu’on les retrouve aussi dans le chocolat (mais à consommer avec modération bien sûr).

Le fragon (petit houx)

Le fragon ou petit houx est de plus en plus reconnu en France. Il a pour principale propriété de faciliter la contraction des fibres musculaires de la paroi veineuse. Il a également un effet anti-inflammatoire. Sachez qu’il est davantage recommandé en cas de jambes lourdes l’été.

La vigne rouge

Les feuilles de vigne rouge sont connues depuis longtemps pour soulager les jambes lourdes. Elle améliore la contention de la paroi veineuse et diminue sa perméabilité. Elle favorise également la contraction musculaire des veines facilitant le retour du sang vers le cœur.

Le ginkgo biloba

L’arbre Ginkgo est reconnu pour sa très grande résistance aux agressions chimiques ou physiques.
Cela fait plus de 5000 ans le Ginkgo est utilisé à des fins thérapeutiques. Au départ, on utilisait les épines pour soigner les abcès ou les enflures. Puis, ont été utilisés les graines afin de favoriser la digestion, la circulation sanguine, et les feuilles pour améliorer sa mémoire.

Ainsi le ginkgo est une plante antioxydante du système circulatoire qui dilate les artères, augmente la tonicité des veines et il fluidifie le sang.

Le cyprès

Le cyprès a une action anti-inflammatoire et a comme propriété principale de tonifier les veines. En se fixant sur la paroi des vaisseaux, ces substances assurent une meilleure dynamique vasculaire empêchant le sang de stagner dans les jambes. Le cyprès prévient et soulage jambes lourdes et varices.

Le marronnier d’Inde

Les graines de cet arbre sont reconnues pour traiter les symptômes de différentes affections veineuses des jambes, les varices, l’insuffisance veineuse chronique. Il a pour vertu de soulager la sensation de lourdeur dans les jambes et l’enflure.

Hamamélis

L’usage de l’hamamélis est reconnu pour traiter les symptômes des varices (jambes douloureuses et lourdes) et des hémorroïdes, mais aussi pour soulager la lourdeur dans les jambes associées à l’insuffisance veineuse.