Mincir et garder votre poids sous contrôle

Définition

A l’approche de l’été, vous l’avez tous remarqué, nombreux (trop nombreux) sont les magazines arborant sur leurs pages de couverture les slogans « perdez vos kilos superflus pour cet été ! », sans parler des vitrines de pharmacies affichant les pilules (miracle) minceur…

Les médias tentent de nous imposer une « norme » taille/poids souvent difficile à atteindre et conserver. Mais surtout, cette obsession de la minceur nous fait entreprendre des régimes draconiens qui font peut-être, à court terme, perdre quelques kilos (mais au prix de quelles souffrances) mais à long terme, les kilos refont surface et la santé en est souvent altérée…

 

minceur

 

Dans une société où beauté et bien-être sont synonymes de minceur, la traque des kilos superflus, la chasse aux aliments dits « interdits » devient vite une obsession au quotidien. Et les médias, les diktats de la minceur, sont toujours là pour nous rappeler à tous moments qu’il faut maigrir pour être belle.

Cela est d’autant plus difficile que nous vivons dans une société où la tentation de la gourmandise est présente à tous les coins de rues. On y pense sans cesse en s’interdisant d’y toucher.

On devient alors prêt à tout pour perdre ces kilos superflus, quitte à ce que notre vie sociale en pâtisse. Et le désir de perdre ces quelques kilos embarrassants peut vite tourner à l’obsession. C’est à ce moment qu’on se retrouve dans le cercle vicieux des régimes « miracle » prescrits par les nombreux magazines.

On s’astreint alors à ne pas manger d’aliments « interdits » tout en y pensant constamment. On ne mange que des menus légers, sans plaisir, en surveillant sans cesse les quantités. Et, naturellement, c’est notre santé et notre moral qui ne vont plus suivre : on craque. On succombe à une crise de boulimie qu’on réprime de nouveau par un contrôle draconien de son alimentation. Histoire sans fin, le rapport à la nourriture devient pathologique et l’obsession du poids une lutte quotidienne….

On dit souvent : « l’important est d’être bien dans sa peau ». C’est vrai… Pourtant, nous avons tous eu un jour envie de perdre ses quelques kilos « en trop » (à notre goût).

Il faut savoir que nous avons tous un « poids santé » en dessous duquel il est très difficile de se tenir.

De récentes études ont d’ailleurs démontré que les régimes draconiens à répétition menaient à long terme à un surpoids : l’organisme étant restreint pendant la période du régime, on perd évidemment du poids. Mais lorsque l’on reprend une alimentation normale, l’organisme craint d’être à nouveau restreint. Par conséquent, il stocke davantage les aliments : nous reprenons ainsi les kilos perdus et même plus dans la plupart des cas.

Alors, si vous voulez perdre ou contrôler votre poids, commencez d’abord par bannir le mot régime de votre vocabulaire…

Avant toute chose, il est fondamental de se poser quelques questions : pourquoi je souhaite perdre du poids ? qu’est-ce-que je souhaite en tirer ? quels changements j’attends ?

Ensuite, vous devez toujours avoir en tête les trois points suivants :

  •  savoir écouter et connaître son corps : si l’on ne veut plus prendre de poids (voire en perdre ou le stabiliser) il suffit de manger lorsque l’on a vraiment faim et de manger les aliments dont notre corps a besoin. Or, il devient de plus en plus difficile pour certains de déterminer à quel moment on a faim… Apprendre à écouter son corps, ses besoins est déjà un grand pas de franchi
  •  il est impossible de maigrir vite sans reprendre les kilos perdus. Plus on maigrit vite, plus on reprendra de poids ensuite comme je l’expliquais ci-dessus. La seule solution est le recadrage alimentaire sur le long terme, prendre, petit à petit de bonnes habitudes alimentaires auxquelles notre corps s’habituera naturellement
  •  enfin, faites-vous plaisir. De récentes études ont démontré que le fait de se restreindre constamment nuit à notre santé et notre moral et nous pousse inévitablement à craquer de façon excessive. C’est dans ces moments de détresse et de stress que l’on prend le plus de poids. Il est important de ne jamais perdre le plaisir de manger. Car deux petits carrés de chocolat par jour valent mieux qu’une tablette en 10 minutes…

Il est désormais temps de mettre fin à ces régimes draconiens qui ne permettent en aucun cas (et ce n’est d’ailleurs pas leur argument) de stabiliser son poids…

Facteurs et personnes à risque

Je suppose que certains ne vous étonneront pas :

  •  une alimentation trop riche en gras, sucres rapides, sel et pauvre en fibre alimentaire
  •  le manque d’exercice physique
  •  le tabagisme
  •  le fait de rester assis ou debout pendant de longues périodes et quotidiennement
  •  certains médicaments dont les oestrogènes (demandez conseil à votre médecin)
  • certaines maladies gynécologiques, rénales, les troubles hormonaux, le diabète
  •  enfin (et toujours) le stress, l’anxiété… que l’on ne peut bien sûr pas éliminer mais apprendre à gérer. En fait, le stress augmente la libération des hormones catécholamines qui stimulent la création de tissu adipeux lorsqu’elles sont présentes en grande concentration et de manière chronique.

Préventions

Une fois de plus, on ne vous le dira jamais assez, la meilleure façon de contrôler son poids est d’adopter une alimentation saine et équilibrée et de pratiquer régulièrement une ou plusieurs activités physiques.

Activité physique

L’exercice physique oxygène toutes les cellules de votre corps et aide à avoir plus d’énergie. L’amélioration de la silhouette peut se jumeler à d’autres objectifs et ainsi faire d’une pierre deux coups : affiner sa silhouette et augmenter le bien-être.

L’exercice physique est bénéfique tant pour la santé que pour la ligne. Il protège des maladies cardiovasculaires et du diabète, renforce la solidité des os et apporte un bien-être physique et mental.

De plus, le sport développe la masse musculaire et plus on est musclé, plus on brûle de calories même au repos.

On entend par activité physique le simple fait de « bouger ». Par exemple, si vous le pouvez, troquez votre voiture contre le vélo ou la marche à pied pour aller au travail, occupez-vous du jardinage, prenez les escaliers…

Sachez que l’activité physique, le sport permettent d’améliorer la circulation sanguine et de raffermir les tissus.

Pour celles qui ont décidé de se mettre au sport, voici quelques petits conseils :

  •  le meilleur moyen d’éliminer les cellules graisseuses installées est de pratiquer un sport d’endurance de façon peu intensive, mais régulière et prolongée. Quand on fait des efforts courts et violents, le corps utilise d’abord les sucres. Ce n’est qu’au delà de trente minutes que les muscles puisent dans les graisses de réserve.
  •  les sports les plus efficaces sont le vélo, le jogging, la natation, l’aquagym, le roller.

Gardez bien en tête que l’important c’est la régularité. Mieux vaut cinq à dix minutes de gym tous les jours qu’une heure par semaine. Le grand avantage du sport est qu’il permet d’affiner sa silhouette, certaines parties de notre corps en particuliers. Si vous voulez d’abord perdre au niveau des cuisses, privilégiez les sports favorisant le travaille des cuisses. Cela évitera de rencontrer le principal inconvénient que rencontre les femmes : perdre essentiellement de la poitrine.

Dans tous les cas, l’important est de trouver le sport qui vous plaît. Il ne faut surtout pas que cela devienne une corvée pour vous, cela doit être un plaisir.

Par ailleurs, échauffez-vous toujours avant l’effort, ne forcez jamais et arrêtez-vous en cas de fatigue ou de douleur, même légère, buvez de l’eau avant, pendant et après, et ne vous dépensez jamais le ventre creux ou trop plein.

Alimentation équilibrée

En plus de cette activité physique, il est également important d’avoir une alimentation équilibrée, ce qui ne veut pas dire suivre un régime.

Car même si vous avez quelques kilos à perdre, sachez que la restriction est synonyme de frustration. Et c’est dans ces moments de frustration que l’on craque facilement, notamment dans les moments de stress.

Les régimes, vous devez le savoir (ce n’est pas une nouveauté), sont inutiles. Ce qu’il faut, c’est intégrer petit à petit au quotidien de bonnes habitudes alimentaires. Et allez-y progressivement. Commencez par arrêter de vous resservir à chaque fois.

Ce que vous devez aussi avoir en tête c’est qu’il est important de respecter les trois repas par jour, voir plus. Si vous avez faim, n’hésitez pas à manger un fruit ou un laitage.

Concernant les repas, pensez à les équilibrer. Le but n’étant pas de supprimer certains aliments mais de varier la fréquence de leur consommation en fonction de leurs caractéristiques.

Vos repas doivent contenir leur part de protéine, de sucres lents, de fruits et légumes, de laitage (en quantité raisonnable), et ne faites pas l’impasse sur le pain. Cela vous évitera d’avoir faim entre les repas et de craquer sur une sucrerie. Evitez autant que possible les graisses de cuisson et les plats préparés.

Donnez la préférence en quantité aux viandes maigres (volaille, gibiers) et au poisson (au moins trois fois par semaine), notamment au saumon ou au thon, qui contiennent des oméga-3 bénéfiques contre les maladies cardiovasculaires.

Mangez des fruits et des légumes (crus ou cuits) à tous les repas. Peu caloriques, ils ont de plus l’avantage de procurer un sentiment de satiété rapide. Les féculents sont également d’excellents régulateurs de l’appétit et leurs calories sont brûlées avant d’être stockées sous forme de graisses.

Attention aux produits allégés : ils sont parfois aussi caloriques. Les mentions sans sucre inscrites sur les emballages ne signifient pas pour autant qu’ils sont peu énergétiques ! En effet, le fructose (sucre naturel des fruits) et les polyols (sorbitol, mannitol…) utilisés comme substitution au sucre classique apportent pratiquement autant de calories que celui-ci. Par ailleurs, l’allègement de certains produits en sucre est parfois compensé par les industriels par une augmentation du taux de graisses.

Les aliments allégés en matières grasses n’ont pas autant de saveur que les autres. Résultat : soit on est tenté d’en consommer plus, soit, frustré, on se rattrape au repas suivant. Apprenez plutôt à bien lire et déchiffrer les informations nutritionnelles.

Aussi, apprenez à manger plus lentement, vous mangerez moins car vous ressentirez plus rapidement une sensation de satiété.

Et puis on a aussi une vie sociale… Qui ne fait jamais de repas festifs en famille ou entre amis ? Qui ne s’offre jamais de glace sur la plage ou de beignet à la fête foraine ? Pas moi en tout cas.

Vous pouvez vous accorder ces petits excès, du moment que ceux-ci sont occasionnels. Après, il suffit de manger léger au(x) repas suivant(s). L’important est de savoir écouter son corps et de savoir ce dont il a besoin, de savoir quand on a vraiment faim ou pas.

Enfin, n’hésitez pas à vous accorder un petit plaisir dans la journée comme un carré de chocolat au dessert. Le chocolat, symbole absolu du plaisir gustatif, est devenu l’ennemi numéro un, donc le premier aliment interdit lors d’un régime. Or, des études montrent que cet aliment contient du magnésium (anti-stress, or le stress fait manger, et le déficit en magnésium a diverses répercussions sur le poids), des antioxydants, de la caféine (une substance qui augmente le métabolisme donc la combustion de calories), diverses substances anti-déprime (et l’on sait bien que la déprime fait manger). Mais surtout, le chocolat est vecteur de plaisir et empêche la frustration, donc les compulsions alimentaires dramatiques.

A consommez avec modération bien sûr.

Solutions naturelles

Le Hoodia

Le Hooda est une plante épineuse qui pousse en Afrique du Sud. Elle était utilisée par les tribus San qui la mâchaient pour calmer la faim et la soif.

En 1997, le Conseil pour la Recherche Scientifique et Industrielle sud-africain isola le composant du Hoodia, maintenant connu comme « P57 », responsable de cet effet coupe-faim, et le breveta.

Le Hoodia calme l’appétit et améliore l’humeur. Il n’a aucun effet secondaire connu et ne contient pas de caféine.

Le maté

Le maté est un arbre cultivé en Amérique du Sud, Inde et Nouvelle-Zélande. Rapportée en Espagne par les conquistadores, cette boisson, réputée favoriser la bonne humeur et chasser la fatigue, connut un très grand succès.

Source de vitamines (A, C, E, B1, B2) et de minéraux (magnésium, calcium, fer, sodium, potassium, manganèse, phosphore, soufre), le maté contient surtout de la matéine, plus douce que la caféine et absorbée plus progressivement par l’organisme.

Aujourd’hui, le maté est reconnu pour ses vertus thérapeutiques : combat la fatigue physique et mentale et aide à mincir.

Pris à doses raisonnables, le maté ne connaît de véritables contre-indications. Comme pour le café, les femmes enceintes et personnes soufrant d’hypertension doivent être prudentes.

Tonique, digestif et stimulant, le maté peut remplacer le thé ou le café. En général, on recommande 2 à 4 tasses par jour pour en ressentir les bienfaits.

Sous forme de tisane, poudre instantanée, sachets, le maté se présente nature, mais aussi aromatisée à l’orange, au citron, à la menthe…

La griffonia

Cette plante africaine agit directement sur notre taux de sérotonine, une substance qui règle notre humeur, réduit notre appétit et détend nos muscles.

Ces vertus sont dues à une substance le 5-HTP contenue dans le griffonia : une seule graine renferme 3 à 7 % de 5-HTP. C’est d’ailleurs la plante la plus riche en 5-HTP. Le 5-HTP, absorbé ou produit par notre organisme, se transforme en sérotonine, un neurotransmetteur qui remplit un rôle essentiel dans la régulation de l’humeur, de l’appétit et du sommeil.

Le guarana

Cet arbuste originaire du bassin de l’Amazone est très utilisé au Brésil par les indiens Guaranis pour la préparation de boissons stimulantes et fortifiantes. Le guarana constitue la matière végétale la plus riche en caféine actuellement connue. Cette caféine présente de nombreux intérêts. Elle augmente le métabolisme de base des cellules, active la combustion des corps gras et stimule la libération de catécholamines dont l’adrénaline qui permet à l’organisme de « brûler » plus rapidement ses graisses.

Thé vert

Les principaux composants du thé vert qui lui confèrent des principes actifs stimulants sont la théophylline, la théobromine, l’acide gallique, la caféine et la théine. La caféine favorise l’élimination des graisses par stimulation enzymatique.

Il contient également des flavonoïdes, des catéchines, des polyphénols, du fluor, du zinc et des vitamines A, B1, B2, B12, C, E, K, et PP et des tanins. Les composés phénoliques vont à la fois permettre une libération progressive de la caféine et diminuer l’assimilation des glucides et des lipides alimentaires, limitant ainsi le nombre de calories absorbées. Le zinc, quant à lui, se révèle très actif dans les réactions inflammatoires ou allergiques de l’épiderme.

Les feuilles de thé vierge (appelé aussi thé vert) en stimulant la lipolyse et la thermogenèse permettent de mobiliser et d’évacuer plus vite les graisses de réserve. Le thé vierge freine et réduit l’absorption intestinale des lipides (graisses) et des glucides en inhibant partiellement certaines enzymes digestives grâce à ses polyphénols. Ainsi, une partie des lipides et des sucres ne sera pas assimilée par l’organisme, ni stockée dans les tissus graisseux.

Garcinia
Le garcinia est un arbuste du sud-est asiatique appelé guttier, connu depuis fort longtemps dans nos régions occidentales pour les vertus médicinales purgatives de sa gomme, la gomme gutte. Ce n’est que très récemment, à l’occasion des recherches sur les acides de fruits, que l’on a découvert dans la peau de son fruit, l’Acide Hydroxy Citrique ou A.H.C.

L’A.H.C présente une activité capitale dans la régulation du poids et de l’appétit. Le garcinia intervient au sein de la cellule, dans le métabolisme des sucres et des graisses en diminuant le taux d’acétyl-coenzyme A. Il s’ensuit une réduction de transformation des sucres en graisses, forme naturelle de stockage des sucres.

Fucus
Le Fucus est une algue brune dont le thalle est particulièrement riche en sels minéraux, oligo-éléments, vitamines et iode. Le fucus intervient comme stimulant des échanges cellulaires grâce à son iode. Il favorise également l’élimination des déchets de l’organisme.

Riche en protéines végétales assimilables, il est pauvre en calories et en lipides. Il contient aussi des mucilages non assimilables, ayant la propriété de gonfler dans l’estomac au contact de l’eau, d’où un effet coupe-faim naturel, ainsi que des fibres végétales facilitant le transit intestinal. Les algues sont conseillées pour couper la faim et faciliter la perte de poids tout en apportant à l’organisme les éléments nécessaires à son tonus et à son équilibre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here