Les 6 premiers mois : Oui, bébé a besoin de papa

Un enfant a besoin d’une mère : là-dessus, tout le monde s’entend. Mais d’un père? Un enfant a-t-il besoin d’un père? La réponse est simple : oui! Un enfant a autant besoin de son père que de sa mère : pour l’affection, la tendresse, le modèle à suivre, l’affirmation de son identité… Regardez simplement votre enfant ; vous le verrez bien dans ses yeux.

Et les «grands spécialistes» qui ont scruté la question sous tous les angles sont d’accord eux aussi. Pour eux, la présence du père joue un rôle primordial dès le premier âge. Les enfants s’identifient fortement aux adultes qui vivent avec eux : la présence du père est aussi capitale que celle de la mère.

«Mon père m’explique plein de choses. J’ai l’impression qu’il me raconte ça juste à moi.» Julie, 11 ans

La psychologie moderne soutiendrait cette affirmation : une relation chaleureuse et affectueuse avec le père, dès le bas âge, aiderait le petit garçon à développer une identité forte et équilibrée. Même chose du côté des filles. Celles qui recevraient un bon soutien affectif de leur père durant leur enfance et leur adolescence auraient davantage confiance en elles-mêmes plus tard. Elles seraient aussi moins susceptibles, semble-t-il, d’accepter passivement les gestes de domination dans leurs relations futures avec leur partenaire.

Il appert également, selon certaines recherches, que les enfants qui auraient reçu beaucoup d’attention de leur père prendraient plus d’initiatives personnelles et qu’ils aborderaient leurs études avec plus de confiance. Ce n’est pas rien!

Mais voilà : vous avez peur de partir perdant! Dans le champ des émotions, par exemple, vous avez l’impression d’être bien maladroit. Et pour ce qui est de vos compétences dans les soins aux bébés, alors là, vous avez le sentiment d’être très gauche et de ne pas savoir que faire.

D’abord, rangez vite certains préjugés au fond du placard. Par exemple, contrairement à ce que plusieurs croient, la compétence dans les soins aux enfants n’est pas «génétiquement» départagée entre les hommes et les femmes. Au contraire, c’est plutôt une question d’attitudes, d’empathie, d’intérêts. S’il est un domaine où l’on apprend par la pratique, c’est bien celui-là!

«Moi, j’apprendrai à mon fils à devenir un homme. J’aimerai mon enfant plus que tout au monde.»
Jean-François, 16 ans

Oublions aussi cette idée que les liens entre le père et l’enfant doivent absolument passer par la mère. Nous n’en sommes plus là aujourd’hui. Le père représente pour l’enfant une référence affective tout aussi fondamentale que la mère.

Maintenant que vous vous êtes un peu débarrassé de quelques vieux mythes, vous pouvez réveiller le père en vous. N’ayez crainte ; vous avez tout ce qu’il faut! Allez, entrez dans le monde des petits. Juste pour voir… Mais une question vous brûle toujours les lèvres : vous avez peur de perdre votre masculinité.

Bref, cette question vous hante : un homme qui se met à s’occuper d’un bébé ou d’un enfant reste-t-il un homme…quand même?

Être père, c’est d’abord être un homme, agir en homme. On n’a pas toujours, il est vrai, les mots qu’il faut pour parler de la fonction de père. Par exemple, on ne dit pas couramment qu’il «paterne» de la même façon qu’on dit très couramment que la mère «materne». Une chose est sûre cependant : quand un homme pouponne, il le fait à sa façon, au masculin. Et c’est parfait comme ça. C’est ça qu’il faut bien comprendre.

Bien. Mais encore… Aux yeux d’un enfant, l’amour d’un père a-t-il la même valeur que celui de la mère? vous demandez-vous. Absolument. Les pères sont aussi des êtres sensibles. Ils peuvent établir des relations avec les enfants aussi «naturellement» que les mères. Il n’en tient qu’à eux d’exploiter cette richesse!

Alors, allez-y, il faut oser! Posez les gestes! Répétez-les au jour le jour, soyez attentif, écoutez, ouvrez toutes grandes les portes de l’univers des petits. Il y a là des trésors qui n’attendent que vous!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here