mercredi, février 8, 2023

Manger équilibré

Manger équilibré : les principes de base

Abstraction faite de la silhouette prétendument modèle et abondamment véhiculée par les images publicitaires, nous souhaitons toutes être bien dans notre corps. Loin des balances, des calculs complexes qui ne prennent pas en compte notre morphologie, nous savons souvent où nous en sommes avec notre poids. La ceinture du jean ou la facilité à entrer dans une robe sont des indicateurs.

Plutôt qu’un régime, faisons un tour d’horizon de ce qu’il y a dans nos assiettes, des protéines aux graisses en passant par les glucides.
Les graisses ne sont pas des ennemies, elles doivent représenter de 15 à 20 % de notre alimentation : elles jouent un rôle sur l’énergie et transportent les vitamines liposolubles. Prises sous forme d’huile ? comme l’huile d’olive, de pépins de raisin, de tournesol ou de colza ? et en quantité raisonnable (1 gramme maximum par kilo de poids de corps, chaque jour), elles donnent de la saveur aux aliments. Les bonnes graisses sont aussi présentes dans les poissons gras, comme le thon et le saumon. Fuyez plutôt les graisses industrielles, les fritures et la charcuterie.
Les protéines sont l’aliment le plus important. Elles doivent représenter de 20 à 30 % de notre alimentation. Présentes partout dans le corps, elles participent à la vie de nos cellules, à la synthèse de nos hormones, à la fabrication de nos anticorps. Elles entretiennent l’organisme. 100 grammes par jour sont indispensables. On les trouve dans les produits laitiers, les oeufs, le poulet, les viandes et le poisson.
Quant aux glucides, ils fournissent de l’énergie au corps. Ils doivent représenter de 50 à 60 % de notre alimentation.
S’il ne faut pas abuser des sucres simples comme le sucre blanc, il est recommandé de consommer chaque jour des sucres complexes comme le riz, les pâtes, les petits pois, les pommes de terre.

Pour ce qui est des quantités globales, nous ne sommes pas tous égaux. Les besoins varient selon l’âge, le sexe, la masse corporelle, le type d’activités. Si vous tenez à changer de silhouette, consultez un nutritionniste ou un diététicien, car chaque cas est particulier. Pour ce qui relève de la qualité, un simple passage au rayon des fruits et légumes frais et une diminution du recours aux plats tout préparés, en conserve ou congelés vous donneront l’envie de vous remettre aux fourneaux.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -