jeudi, février 2, 2023
AccueilSantéChirurgie des petites lèvres : Nymphoplastie ou Labiaplastie

Chirurgie des petites lèvres : Nymphoplastie ou Labiaplastie

Les femmes ayant des lèvres tombantes peuvent être gênées dans leur vie quotidienne (irritation) et dans leur vie sexuelle. En effet, les conséquences de cette anomalie sont les suivants :

  • dans 87% des cas, le problème est esthétique,
  • dans 64% des cas, des gênes avec certaines tenues vestimentaires,
  • dans 43% des cas, des douleurs pendant les rapports sexuels,
  • dans 26% des cas, de l’inconfort pendant le sport,

Il est possible de corriger ce problème chirurgicalement par nymphoplastie (chirurgie de l’hypertrophie des petites lèvres).

chirurgie repartrice
Les femmes concernés se posent beaucoup de questions sur le déroulement de l’opération ainsi que sur les conséquences et complications possibles. Voici un début de réponse :

L’opération :

La nymphoplastie se fait généralement sous anesthésie générale à titre ambulatoire : ce choix est soutenue par le Dr Béatrice Lafarge. La zone est anesthésiée localement afin de réduire la douleur postopératoire.
En position gynécologique, l’excédent des petites lèvres sont excisées après les avoir tendus. Une hémostase rigoureuse est effectuée. La suture est réalisée avec un fil de suture résorbable.
L’hospitalisation d’une journée est suffisante (la patiente peut rentrer le soir même).

les conséquences :

Les conséquences de l’opération ne sont pas douloureuses, même si la marche peut provoquer des gênes les premiers jours. Il est donc préférable de porter des vêtements légers et en coton. Une jupe est mieux indiqué qu’un pantalon.

La douleur diminue à partir de la 10e journée.
Les rapports sexuels sont possibles après la réduction de la douleur.
L’hygiène des parties intimes doit être irréprochable.

Les complications (rares mais possibles) :

  • Saignements et hématomes: rare, généralement évité par une bonne hémostase (cautérisation) de la petite artère en haut de la lèvre.
  • Désunion, c’est à dire la réouverture de la cicatrice. C’est une complication rare mais pas exceptionnelle (environ 7% dans la plus grande étude publiée) en raison de la possibilité de macération. Cette complication est empêchée par une suture de plusieurs manières.
  • L’infection de la cicatrice, mais le plus souvent empêché par l’hygiène et le soin quotidien (2 fois par jour).
RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -