Laurence Boccolini se confie sur sa maladie : « Les douleurs sont épouvantables et m’empêchent de faire certaines activités avec ma fille »

Atteinte de polyarthrite rhumatoïde, Laurence Boccolini a finalement accepté de parler de sa maladie auprès de nos confrères de Gala. L’animatrice de TF1 parle sans détour sur cette affection auto-immune qui touchent les articulations.

Alors qu’elle est âgée d’une trentaine d’années, Laurence Boccolini commence à découvrir les premiers symptômes de cette maladie insidieuse. Elle ressentait des douleurs au niveau des pieds, la jeune femme décide de consulter et son médecin traitant lui conseille de porter moins souvent des baskets et lui prescrit simplement des anti-inflammatoires.

Malgré cette consultation, les articulations de l’animatrice n’arrêtent pas de la faire souffrir, « Je ressentais des douleurs épouvantables, jour et nuit, que je marche ou pas. Puis cela a atteint le bas du dos et les mains« , se souvient-elle avant d’ajouter, « Il a fallu beaucoup de temps pour qu’on diagnostique finalement une polyarthrite.« 

De nature discrète, Laurence Boccolini fait alors le choix de souffrir en silence et de ne pas faire part de son mal, et ce, jusque l’an dernier. C’est une discussion avec une célébrité invitée sur le plateau de Money Drop qu’elle anime alors qui va faire changer d’avis la femme de Mickaël Fakaïlo, « Hélène Ségara m’a vu beaucoup souffrir. Elle m’a expliqué que parler de son grave problème à l’œil lui avait fait du bien. » Toujours combattante et positive, aujourd’hui, l’interprète de Mademoiselle Joubert ne regrette aucunement d’avoir suivi le conseil de son amie, « Il faut encaisser. Il y a des jours où vous avez très mal mais il faut quand même aller bosser. Je suis plutôt chanceuse, je ne travaille pas à l’usine. (…) Je ne veux pas qu’on me plaigne. Simplement, parler de la maladie m’a un peu décomplexée. Désormais, je ne cache plus mes mains déformées.« 

Contrainte de perdre beaucoup de kilos dans le but « de préserver » ses articulations, elle n’hésite pas non plus à évoquer sa vie de maman touchée par la maladie, « j’ai une fille de 5 ans qu’il faut porter, avec qui il faut jouer », confie ainsi l’animatrice qui regrette ne pas pouvoir vivre ces moments quand son dos la fait souffrir. « Elle sait qu’il y a certaines choses que je ne peux pas faire. Je n’ai plus beaucoup de sensations dans les mains. Donc, quand je lui fais des couettes le matin, je lui fais mal parce que j’ai dû mal à tirer l’élastique » ajoute-t-elle également afin d’expliquer au mieux le quotidien des mères touchées par la polyarthrite rhumatoïde.

Malgré les maux épouvantables, l’animatrice garde la tête haute et affiche toujours, envers et contre tout, un large sourire qui ravit ses plus de 70 000 abonnés sur Instagram.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here