mercredi, février 8, 2023

J’ai un excès de poids

« Mon médecin trouve que j’étais en excès de poids en débutant ma grossesse. J’ai peur d’en prendre encore plus pendant ma grossesse et que cela ait des conséquences pour mon bébé. »

Une question d’IMC

Médicalement, l’excès de poids attire particulièrement la vigilance de votre médecin dans le suivi de votre grossesse lorsque votre Indice de Masse Corporelle (IMC) est supérieur à 25, car cela correspond à un critère médical de surpoids.
L’IMC se calcule en divisant votre poids avant grossesse en kg par votre taille au carré. D’une manière générale, si votre IMC est supérieur à 26, la prise de poids recommandée sera de 6 à 7 kg pour toute votre grossesse. Si votre IMC se situe entre 24 et 26, vous êtes considérée comme « ronde », et on vous recommandera de ne pas dépasser 10 kg au total.

Les kilos utiles? et les autres

La grossesse s’accompagne obligatoirement d’une prise de poids, variable d’une femme à l’autre, en fonction du degré de stockage dicté par la nature, et pour d’autres raisons inévitables. L’augmentation du volume sanguin, est indispensable pour apporter suffisamment d’éléments nutritifs à votre bébé, à travers une bonne circulation f’to-placentaire. La rétention d’eau liée à vos hormones de grossesse, le placenta et le liquide amniotique, l’augmentation de volume de votre utérus, l’épanouissement de votre poitrine pour vous préparer à l’allaitement, et progressivement votre bébé, tout cela pèse aussi. Ces kilos sont des kilos utiles et vitaux. D’une manière générale, toute femme enceinte doit prendre 8,5 Kg à 9 Kg pour donner naissance à un bébé de poids « normal » (3 à 3,5 Kg à terme). De plus, il est souhaitable, pour une femme enceinte de poids moyen (IMC entre 20 et 23 avant la grossesse), de prendre 2 à 4 Kg de réserve en tissu adipeux. Les réserves étant déjà là si vous êtes en excès de poids et en fonction de votre état nutritionnel (régimes antérieurs), le médecin fixera avec vous votre prise de poids « utile ». Il vous prescrira également si nécessaire des suppléments en fer, calcium, et vitamines.

Ni trop, ni pas assez

Ne restreignez pas trop votre alimentation, votre bébé risque des carences nutritionnelles et de naître avec un faible poids de naissance. Il ne s’agit donc ni d’en faire « trop », ni « pas assez ». Le but de votre suivi alimentaire ne sera pas de vous faire maigrir, mais de contrôler votre prise de poids, afin qu’elle soit progressive et qu’elle reste dans des limites utiles. La balance sera donc un guide indispensable, mais n’en faites pas une obsession : vous peser une à deux fois par semaine est bien suffisant.
Votre médecin vous recommandera des apports contrôlés, sous forme d’une alimentation équilibrée et variée, sous surveillance. Il portera une vigilance particulière sur le développement staturo-pondéral de votre bébé à l’échographie.

Révisez les grands principes

Un soutien en consultation diététique pourra vous être d’une aide précieuse, afin de rendre ces recommandations médicales plus concrètes, de vous approprier votre alimentation, et de savoir vous faire plaisir en jouant sur les équivalences. Ce pourra être l’occasion d’apprendre aussi les quantités minimales « utiles » à inclure dans votre alimentation quotidienne, comme le minimum utile de sources de protéines (100 à 120 g de viande ou équivalent midi et soir), de laitages, d’acides gras essentiels (une cuillère à soupe d’huile de colza dans votre salade ou vos crudités midi et soir), et le maintien d’une alimentation variée et équilibrée avec la consommation de 5 fruits et légumes par jour.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -