Difficultés et complications

La ne  » marche  » pas à tous les coups. Et vos copines sont là pour vous remonter le moral et vous expliquer comment elles sont tombées enceintes juste au moment où elles n’y croyaient plus, après avoir tout essayé? sauf peut-être d’arrêter ! En effet, la plupart des couples qui n’arrivent pas à avoir d’enfants se heurtent à des obstacles psychologiques plus qu’organiques. Et faire l’amour avec l’obsession de procréer peut facilement engendrer le néant?

Les difficultés à enfanter peuvent intervenir avant ou au cours de la grossesse. Elles sont de plusieurs types :

*Difficulté passagère:

Fatigue, déprime, ovulation à date irrégulière, prise de pilules plusieurs années de suite, production de spermatozoïdes de mauvaise qualité, etc. Nombreux sont les facteurs qui retardent le moment de la fécondation. Armez-vous de patience, faites l’amour fréquemment et non pas seulement au moment où la femme est  » fécondable « , et au besoin, consultez en couple un spécialiste de la stérilité afin de vous assurer que la cause de vos difficultés n’est pas organique. Ne consultez pas trop vite de spécialiste ; on parle de stérilité lorsqu’au terme d’une année de rapports sexuels fréquents et non protégés, un couple ne parvient pas à avoir un enfant. Statistiquement, 80 % des couples voient leur espoir exhaussé dans les six premiers mois, 15 % mettent de six mois à deux ans et 5 % seulement sont véritablement stériles. En dernier ressort, il existe le recours à la procréation médicalement assistée . Un peu de patience, un conseil avisé de médecin et beaucoup d’amour suffisent la plupart du temps à dévier le vol de la cigogne vers votre porte.

 

*Fausse-couche:

La fausse-couche, ou avortement spontané, met un terme à 20 % des grossesses. En d’autres termes, une grossesse sur cinq ne dépasse pas les trois premiers mois. Si la fausse-couche est moralement difficile à supporter, il s’agit d’un phénomène courant engendré le plus souvent par la nature : si l’embryon est rejeté, c’est parce qu’il n’aurait pas été viable (car porteur d’anomalie chromosomique).
La fausse-couche résulte de la mort de l’oeuf (parfois non fécondé, dit  » oeuf clair « ) ou de l’embryon, qui se détache alors de la cavité utérine et s’évacue spontanément. Chez la femme enceinte, elle se manifeste par des saignements abondants.
En cas de perte de sang durant la grossesse, il est impératif de consulter rapidement un médecin.
Parfois, l’oeuf ne se détache pas de lui-même, et le médecin constate au cours de l’échographie l’absence de battements cardiaques ou une anomalie dans la formation du foetus. Il existe des traitements qui favorisent l’évacuation de l’oeuf mort ou non viable. En dernier lieu, le médecin vous fera hospitaliser pour un avortement provoqué.
Une fausse-couche précoce ne signifie pas que vos grossesses risquent de subir le même sort. Seules plusieurs fausses couches consécutives doivent vous alerter. Il se peut que votre organisme rejette l’embryon comme un corps étranger. La consultation d’un spécialiste vous permettra de bénéficier de l’un des traitements immunologiques appropriés qui existent désormais pour contourner le risque d’avortement spontané et systématique.

*Grossesse extra-utérine:

Au lieu de descendre dans l’utérus, il arrive (rarement) que l’oeuf fécondé s’implante dans la trompe de Fallope. Celle-ci se fissure et provoque une hémorragie interne. Elle se manifeste par des saignements noirâtres et douloureux en début de grossesse. Consultez d’urgence un médecin. Une intervention réalisée à temps permet le plus souvent de sauver la trompe. Si cela n’était pas le cas, la présence d’une seule trompe de Fallope permet de tomber à nouveau enceinte. Dans les deux cas, l’oeuf ne survit pas à l’intervention.

Cette rubrique a été préparée avec la collaboration des sites : Tomber Enceinte et Calcul Ovulation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here