Home Tags Posts tagged with "beauté"

beauté

0 4566

Définition

L’acné touche environ 80 % des adolescents. J’entends ici par acné, l’acné juvénile. Nous verrons plus tard qu’il existe en fait plusieurs types d’acné.

L’acné juvénile est une maladie inflammatoire chronique de la peau et non une infection. De ce fait, elle n’est pas contagieuse.

L’acné juvénile touche principalement les adolescents, surtout les garçons, à la puberté. En effet, à la puberté, des modifications hormonales se mettent en place grâce à l’action des androgènes (variété d’hormones) qui déclenchent la puberté. Ces hormones ont une action sur les glandes sébacées dont elles augmentent le volume et la sécrétion. Les glandes sébacées sont situées dans l’épiderme et sont à l’origine de la sécrétion du sébum (corps gras essentiellement composé de triglycérides).

L’acné juvénile touche des individus dits « séborrhéiques », c’est-à-dire avec une hyperactivité des glandes sébacées (glandes de la peau sécrétant des matières grasses). Les glandes sébacées des personnes à tendance acnéique produisent du sébum en excès.

Lors de l’acné, d’une part les glandes sébacées fonctionnent de façon excessive et, d’autre part l’évacuation du sébum est bloquée par la formation de bouchons à l’orifice de ces glandes. Cette accumulation de sébum dans les glandes sébacées est responsable de la formation de microkystes. Certains de ces microkystes parviennent à s’ouvrir à la surface de la peau et forment alors des comédons, alors que d’autres microkystes s’infectent, entraînant l’apparition de papulo-pustules, voire de nodules.

Cela se traduit par l’apparition de points noirs et de lésions rougeâtres, souvent gênants d’un point de vue esthétique.

L’acné touche essentiellement le visage mais aussi le cuir chevelu, le cou, le dos, la poitrine et les avant-bras chez certaines personnes.

Son évolution se fait par poussées successives, pendant plusieurs mois ou années. Chez la femme, une accentuation de l’acné avant les règles est fréquente. En général, l’acné disparaît naturellement vers l’âge de 25 ans.

L’acné ne laisse normalement aucune trace, mais lorsque les boutons d’acné sont profonds (c’est-à-dire s’ils s’accompagnent d’une inflammation), ils peuvent laisser des cicatrices quelquefois indélébiles.

 

Acné-1

 

Les différents types d’acné

Il faut principalement différencier l’acné juvénile d’autres formes d’acné :

  • Acné rosacée ou acné érythémateuse : forme d’acné qui touche essentiellement les femmes entre 35 et 50 ans. Il s’agit d’une affection cutanée chronique caractérisée par des rougeurs au visage, surtout aux joues et au nez. Sa cause n’est pas connue, mais il semble que le café, le chocolat, le thé, les épices et l’alcool jouent un rôle favorisant
  •  Acné néonatale : cette forme d’acné touche le nouveau-né et ne persiste pas au-delà du deuxième ou troisième mois
  •  Acné conglobata : forme d’acné aggravée, profonde et étendue, touchant notamment le dos et quelquefois les fesses. Elle s’accompagne d’abcès contenant un pus huileux et peut être localisée ou généralisée. Elle dure des années. D’autre part, ces abcès finissent par communiquer (créer des fistules). Cette variété d’acné doit être soignée rapidement car elle se produit à la fois en surface et sous la peau, laisse des cicatrices permanentes
  •  Acné nécrotique du front : forme d’acné de l’adulte siégeant sur le nez et le pourtour du cuir chevelu. Elle se caractérise par de petits boutons rosés se recouvrant d’une croûte et laissant une cicatrice indélébile
  •  Acné médicamenteuse : il s‘agit d’acnés pustuleuses dont l’apparition est déclenchée par la prise d’un médicament : vitamine B12, cortisone, barbituriques, lithium, bromure, immunodépresseurs, progestatifs, contraceptifs oraux contenant des androgènes, certains antidépresseurs
  •  Acné excoriée des jeunes filles : cette forme d’acné est la conséquence d’un grattage fréquent et compulsif. Elle ne se retrouve d’ailleurs que chez les jeunes filles ayant des tendances anxieuses
  • Acné tardive : cette forme d’acné survient après l’âge de 30 ans. Elle est souvent due chez la femme à une hyperproduction d’androgènes (hormones masculines). Ce type d’acné nécessite parfois une modification de la prescription de la pilule contraceptive utilisée
  •  Acné chéloïdienne : variété d’acné furonculeuse, apparaissant au niveau de la nuque et se caractérisant par une agglomération de boutons formant un bourrelet dur se forme sur la nuque
  •  Acné cosmétique : à la suite de l’application de crèmes cosmétiques trop grasses.

Mais ces types d’acné qui touchent toutes les classes d’âge sont plus rares, l’acné juvénile représentant 75% des types d’acné recensés.

Symptômes

L’acné débute le plus souvent lors de l’adolescence. L’acné touche généralement le visage, le cou, le décolleté et les épaules.

Les signes de l’acné varient selon les personnes :

  •  peau grasse avec des pores dilatés
  •  « points noirs » (comédons ouverts)
  •  « boutons blancs » (comédons fermés, papules)
  •  papules érythémateuses (lésions surélevées rouges) en cas d’inflammation des microkystes
  •  pustules (lésions contenant du pus se développent lorsqu’un comédon devient inflammé)
  •  nodules et kystes causés par des infections plus étendues sont situés plus profondément sous la peau et forment des bosses dures et enflées
  •  cicatrices.

Facteurs et personnes à risque

Personnes à risque :

  •  hérédité, personnes dont les proches de la famille souffrent ou ont souffert de l’acné
  •  les adolescents, notamment les garçons
  •  les femmes enceints
  •  les femmes, de deux à sept jours avant leurs menstruations.

Facteurs de risque :

  •  fluctuations hormonales chez la femme : l’acné peut survenir chez les femmes qui commencent ou arrêtent de prendre la pilule anticonceptionnelle, surtout si la marque prescrite est riche en oestrogènes, également lors de la grossesse
  •  mauvaise alimentation chez les personnes déjà à tendance acnéique
  •  certains cosmétiques irritants, les substances huileuses
  •  le stress, le manque de sommeil
  •  l’exposition au soleil, les environnements humides
  •  prise de certains médicaments : corticostéroïde, certains antidépresseur...

Préventions

Hygiène alimentaire

Il n’a pas été prouvé qu’une alimentation trop riche en graisse ou sucre aggravait l’apparition de l’acné, cependant, on sait qu’une alimentation saine et équilibrée, riche en fruits, légumes et aliments non raffinés limitait les signes de l’acné. En fait, ce type d’alimentation fournit à l’organisme les nutriments nécessaires pour maintenir le système immunitaire.

On conseille donc généralement d’éviter les excès (et non supprimer) de charcuterie, de lait, de graisses animales, produits raffinés, sucrés, chocolat, bière, alcool... Evitez aussi les excès d’iodes que l’on retrouve en grande quantité dans les aliments raffinés, industriels.

Mesures d’hygiène de la peau

Avant toute chose, il est nécessaire de nettoyer la peau 2 fois par jour en utilisant des savons doux et sans agressivité. Ensuite, il est recommandé de respecter les conseils suivants :

  •  évitez de pincer, presser ou percer les boutons, cela peut laisser des cicatrices. Il faut laisser ce soin, s’il s’avère absolument nécessaire, à un médecin dermatologue ou à une esthéticienne compétente dans ce domaine qui vous fera un nettoyage de peau tous les quinze jours au début, puis une fois par mois ensuite
  •  utilisez un savon doux non parfumé, un gel nettoyant ou un pain surgras pour vous laver le visage, deux fois par jour (les savons antibactériens n’ont aucun effet positif sur l’acné)
  •  évitez l’eau du robinet (trop souvent calcaire et chlorée) ainsi que l’usage du spray qui, à la longue, peut devenir irritant
  •  une fois la peau nettoyée, appliquer une lotion qui raffermit la peau (lotion avec alcool)
  •  en cas de rasage mécanique, employer de préférence une mousse à raser adaptée aux peaux à tendance acnéique
  •  lavez-vous les cheveux au moins deux fois par semaine
  •  méfiez-vous du soleil, il ne dissimule en aucun cas les lésions, bien au contraire, il favorise l’acné. Protégez votre peau du soleil avec des crèmes solaires non comédogènes (en évitant les crèmes protectrices à base de beurre de coco ou d’huile de noix de coco qui aggravent le mal)
  •  éviter l’usage de produits de maquillage non adaptés aux peaux jeunes à tendance acnéique. En effet, l’acné de contact, une forme d’acné, résulte de contacts répétés avec des produits qui bloquent les pores de la peau, dont certains produits cosmétiques trop gras. Pour cela, préférez des produits de bonne qualité, idéalement non comédogènes.

Solutions naturelles

Levure de bière

La levure de bière - dont le nom savant est Saccharomyces cerevisiae - est un champignon naturellement présent dans l’air. La levure de bière est très riche en vitamines B et en minéraux ce qui lui confère des vertus pour traiter les affections de la peau.

On trouve des levures de bière alimentaires - vivantes ou non - sous des formes nombreuses et variées : paillettes, flocons ou poudre, toutes formes qui s’incorporent facilement dans les préparations culinaires, ou encore comprimés et gélules.

Bardane

La Bardane est une plante herbacée de grande taille dont la racine contient des polyphénols inhibant les germes et le champignons. Ces constituants justifient l’utilisation traditionnelle de cette plante dans le traitement de l’acné modérée.

Cette action est renforcée par les propriétés dépuratives de la plante. Elle draine l’organisme de toutes les toxines qui contribuent à l’apparition des boutons. La Bardane peut également être recommandée dans les problèmes de peau grasse.

Pissenlit

Le pissenlit est une herbe sauvage qui se trouve dans tous les jardins.

Il a de nombreuses utilisations médicinales. Le pissenlit est riche en bêta carotène et en vitamine C. Le pissenlit est une plante qui favorise l’élimination des toxines par l’organisme. C’est pour cela que le pissenlit est généralement recommandé aux personnes à peau acnéique.

Huile de melaleuca

Le melaleuca alternifolia est un arbre australien, connu également sous le nom "d’Arbre à Thé Australien". L’huile essentielle extraite des feuilles est reconnue pour ses propriétés cicatrisantes, apaisantes, antiseptiques et désinfectantes. Cette huile était même employée auparavant pour soigner les soldats.

L’huile de melaleuca possède également une efficacité comparable dans le traitement de l’acné.

Zinc

Le zinc est un oligo-élément qui intervient dans de nombreuses réactions enzymatiques et joue un rôle important dans le métabolisme des protéines, des glucides et des lipides.

La carence en zinc peut entraîner un retard de croissance, des problèmes immunitaires, des problèmes de peau et de cicatrisation. C’est un anti-oxydant qui interviendrait dans la prévention des effets toxiques dus aux radicaux libres. Quelques études mentionnent que des suppléments quotidiens de zinc peuvent aider à réduire l’inflammation des lésions d’acné. Le zinc a même démontré une efficacité équivalente à la tétracycline, l’antibiotique de référence dans le traitement de l’acné.

Vitamine B5

La vitamine B5 est nécessaire au bon développement de la peau, des cheveux, des muqueuses et du système immunitaire. Elle intervient dans la génération des tissus et la création d’anticorps stimulant la cicatrisation. La vitamine B5 favorise la croissance et la résistance de la peau et des muqueuses.

Argile verte

Seule ou mélangée à d’autres ingrédients, l’argile peut purifier, nettoyer, tonifier, cicatriser, adoucir et nourrir n’importe quel type de peau. L’argile verte est conseillée aux peaux normales et aux peaux grasses. Très performante, l’argile verte est la plus polyvalente. Agent absorbant d’impuretés, l’argile verte est reminéralisante, régénérante des zones fragilisées et revitalisante.

Il est conseillé de faire un masque à l’argile verte sur le visage tous les trois jours pour une meilleure efficacité.

0 2824

Définition

Tout le monde a connu un jour des problèmes de cheveux : ils deviennent ternes, secs, cassants, fourchus... Et vous avez sûrement déjà remarqué que ces problèmes apparaissent à certains moments : l’été, période de stress...

 

magnifique cheveux

 

En effet, nos cheveux doivent subir les effets du soleil, du sel de la mer, du sèche-cheveux, de notre alimentation et nos mauvaises habitudes. Alors, pour ne pas se plaindre de la beauté de ses cheveux, il faut apprendre à les ménager. Et cela passe par quelques petits gestes, bonnes habitudes à prendre au quotidien.

Les cheveux et les ongles sont constitués à 90% de kératine, une protéine qui renferme 18 acides aminés. Parmi ceux-ci, la cystine, un acide aminé soufré, est le plus important qualitativement et quantitativement (14-16%). Il va de soi qu’un apport protéinique insuffisant peut se traduire à la longue par une chevelure terne et cassante.

Les acides gras polyinsaturés essentiels sont aussi nécessaires à la formation de la kératine. Leur carence se manifeste, entre autres, par des troubles de la croissance des cheveux et des altérations de la structure capillaire.

Ainsi, la beauté de nos cheveux va dépendre de facteurs internes (alimentation par exemple) et externe (soleil, chaleur...).

Symptômes

Bien sûr, tout le monde sait reconnaître les symptômes des cheveux fatigués, ternes, cassants.

Mais tout de même, faisons un petit tour des principaux problèmes de cheveux rencontrés :

  •  cheveux secs, cassants, pointes fourchues
  •  cheveux gras, fins, plats
  •  cheveux ternes, grisonnant
  •  pellicules
  •  démangeaisons

Facteurs et personnes à risque

Les facteurs de risque de vos problèmes de cheveux, autrement dit les causes, seront différents selon que vous souffrez de tel ou tel problème capillaire.

Par exemple, si vos cheveux sont secs et cassants, cela provient certainement du sèche-cheveux, des fers chauffants, des colorations, ou encore d’une exposition prolongée au soleil.

Si vos cheveux sont gras, cela s’explique souvent par des résidus de produits capillaires (mauvais rinçage), une activité physique intense et régulière, la transpiration, ou tout simplement une influence hormonale.

Si vos cheveux sont fins, l’hérédité ou les carences nutritionnelles peuvent en être la cause. Enfin, si vos cheveux sont ternes, le chlore de la piscine ou le stress peuvent en être la cause.

Préventions

Ces quelques petits conseils de prévention sont des petits gestes quotidiens, facile à intégrer dans ses habitudes.

  •  brosser-vous les cheveux en douceur (cela permet aux huiles naturelles de s’étendre sur toute la chevelure pour la nourrir) avec des brosses de préférence en poils de sanglier
  •  espacez vos colorations et permanentes. Evitez les permanentes à base d’ammoniaque
  •  évitez tant que possible le sèche-cheveux ou réglez-le à faible température et pensez à l’éloigner le plus possible de vos cheveux
  •  choisissez bien votre shampoing, préférez les shampoings à usage fréquents, moins acides. Attention également aux quantité d’après-shampoing appliquée sur votre chevelure : en trop grandes quantités, ils alourdissent les cheveux fins et les font paraître encore plus plats
  •  faites égaliser ou couper vos cheveux toutes les 6 semaines (pour limiter les fourches)
  •  pensez à enduire vos cheveux de revitalisant avant d’aller à la piscine, cela limitera les effets du chlore.

Solutions naturelles

Je ne vais pas vous faire peur en vous conseillant des traitements de fond avec des produits introuvables et à respecter scrupuleusement à la lettre.

Et oui la femme active (tout comme l’homme actif) n’a pas toujours le temps de prendre soin pendant des heures de ses cheveux... Non, je vais tout simplement vous parler de quelques bonnes habitudes à prendre pour éviter les dégâts... et quelques remèdes de ma tante Béatrice.

Outre l’utilisation d’un shampoing très doux, il est indispensable de réparer la kératine du cheveu en la nourrissant de produits hydratants - à appliquer sur cheveux humides - contenant des acides aminés et du soufre.

Alimentation

Le secret d’une chevelure soyeuse et éclatante de santé réside aussi dans le contenu de votre assiette.

Comme je le disais, les cheveux sont constitués à 90% de kératine, une protéine qui renferme 18 acides aminés. Parmi ceux-ci, la cystine, un acide aminé soufré.

Vous comprenez donc qu’il est important de privilégier une alimentation riche en soufre, fer, zinc et vitamines B pour garder une belle chevelure. Il en est de même pour les acides gras polyinsaturés essentiels sont aussi nécessaires à la formation de la kératine.

Les vitamines B (notamment la B5 et la B8) ainsi que le zinc influencent favorablement le cycle de croissance capillaire. Vous pouvez trouvez ces oligo-éléments, vitamines et acides gras essentiels sous forme de compléments alimentaires.

Egalement, les aliments protéiniques (viande, poisson, œuf, laitages et tofu) et les légumineuses sont très riches non seulement en acides aminés, mais aussi en vitamines B et en soufre. Mention spéciale pour l’oeuf. Les poissons, eux, renferment des graisses polyinsaturées et les fruits de mer du zinc.

Les graines et les fruits oléagineux sont également riches en vitamines B et zinc. Parmi les légumes, les plus riches en soufre sont l’ail et l’oignon, les choux, le poireau et l’asperge. Notons que des facteurs souvent associés au stress (l’excès de café, d’alcool et de sucre, la fumée, une transpiration excessive, etc.) contribuent à appauvrir l’organisme en vitamines B, zinc.

Enfin, le meilleur pour la fin... les conseils de ma tante Béatrice. Cela va vous paraître peut-être archaïque, mais au moins ça a le mérite d’être économique, et surtout... naturel.

Ma tante m’a souvent recommandé de me rincer les cheveux à la bière : cela revitalise le cheveux (n’ayez pas peur, j’ai essayé, ça ne laisse pas d’odeur).

Pour celles qui ont les cheveux secs et cassants, pensez à la mayonnaise : une cuillère à soupe suffit. Laissez agir quelques minutes sur les cheveux avant le shampooing. L’oeuf cru est également efficace

0 1609

Définition

La peau est le reflet de notre état de santé, de notre état intérieur.

Elle a pour principale fonction de préserver l’organisme des agressions extérieures, mais elle joue également un rôle d’outil de régulation thermique. La est composée de 3 étages superposés : l’épiderme, le derme et l’hypoderme.

 

Peau parfaite

Petit cours d’anatomie :

L’épiderme est la couche supérieure de la peau. Les cellules y sont réparties en plusieurs couches distinctes, qui correspondent aux différents stades de leur évolution. 80% de ces cellules sont des kératinocytes riches en lipides. Dans la zone supérieure de l’épiderme, en contact avec l’extérieur, on trouve la couche cornée. Particulièrement résistante, composée de 12 à 14% d’eau seulement, ele joue un rôle important dans l’hydratation de la peau.

Ensuite, on retrouve le derme qui est la couche qui se trouve à l’étage inférieur, le soutient de l’épiderme. Les cellules principales du derme sont les fibroblastes.

Les fibroblastes sont chargés de produire plusieurs types de fibres (collagène, réticuline, élastine : garants de l’élasticité et de la tonicité de la peau) ainsi que la substance fondamentale constituée de molécules liées à des protéines : les protéoglycanes.

Enfin vient l’hypoderme. C’est la couche la plus profonde de la peau, juste avant la couche graisseuse proprement dite et les muscles. Elle est composée d’adipocytes, des cellules stockeuses de graisses. L’hypoderme sert de réserve, d’isolant thermique et de coussin

Symptômes

Nous ne traitons pas ici les problèmes du vieillissement de la peau (une rubrique y est déjà consacrée), mais plutôt les problèmes quotidiens de notre peau, que l’on peut rencontrer à tout âge et dans toutes circonstances. En voici quelques symptômes :

  • peau sèche
  • peau qui tiraille, irritée
  •  manque de souplesse et d’élasticité
  •  démangeaisons, squames

Sachez que la peau peut devenir déshydratée quelles que soient ses caractéristiques génétiques : grasse ou non, épaisse ou fine, sensible (allergique à certaines substances) ou pas.

Facteurs et personnes à risque

Voici quelques facteurs de risque auxquels il faut être attentif afin de ne pas nuire à la bonne santé de notre peau :

  •  exposition prolongée au soleil sans protection
  • douche répétées dans la journées, peau frottée trop intensément
  • eau chaude qui dissout les huiles naturelles de la peau
  •  produits de beauté ou savons trop irritants
  •  la pollution, tabagisme
  • déficit en fer ou vitamine C (pâleur de la peau, mauvaise mine, teint terne)
  •  manque d’acides gras essentiels, de lipides (sécheresse)
  • sommeil insuffisant
  • stress
  • prise de certains médicaments
  •  problèmes hormonaux (peau grasse, excès de sébum)

Préventions

On prend parfois, sans s’en rendre compte, de mauvaises habitudes qui peuvent avoir de fâcheuses conséquences sur notre peau. Les quelques conseils qui suivent ne demandent pas beaucoup d’effort mais favorise, en revanche, la beauté de votre peau.

  • évitez l’eau trop chaude pour vos bains ou douches, préférez une eau tiède et même un peu fraîche
  • utilisez un savon doux (la plupart des savons liquides, gels sont trop agressifs). Si vous avez la peau sèche, optez de préférence pour un savon gras contenant des agents surgraissants
  • Après la douche ou le bain, essuyez-vous en tapotant plutôt qu’en frottant puis appliquez aussitôt sur la peau encore humide une lotion ou un lait contenant des ingrédients nutritifs hydratants
  •  Que vous vous maquilliez ou non, appliquez chaque jour sur votre peau un soin de jour hydratant
  •  Protégez-vous du soleil, même pour de courtes expositions
  •  Buvez suffisamment d’eau chaque jour : environ 1.5 litre par jour. Attention, certaines boissons déshydratent plus qu’elles n’hydratent. C’est le cas du café, du thé, des boissons gazeuses avec caféine et de toutes les boissons alcooliques
  •  Dormez suffisamment
  • Portez des gants à l’extérieur par temps froid
  •  Maintenez un bon taux d’humidité dans la maison.

Solutions naturelles

On ne le dira jamais assez, mais rien de tel qu’une crème ou lotion hydratante en application chaque jour pour réduire la déshydratation de la peau. Certains produits sont meilleurs que d’autres ou conviennent mieux à tel type de peau, mais une choses est sûre : un usage quotidien et continu d’une crème hydratante permet d’améliorer le niveau d’hydratation de la peau (conseil de dermatologue).

Ensuite, comme pour les cheveux ou les ongles, nos carences alimentaires se lisent sur notre peau.

Ainsi, une peau sèche, déshydratée est une peau qui manque de lipides, et qui ne réussit plus à retenir l’eau dans la couche cornée. Il est donc important de faire le plein d’acides gras essentiels que l’on trouve dans les huiles végétales (colza, tournesol...), les oléagineux et les poissons gras (saumon frais par exemple.

Cette sécheresse cutanée s’explique aussi par un déficit en vitamines du groupe B, nécessaires à la construction et à la réparation des tissus cutanés. Sachez que la vitamine B6 rééquilibre aussi les peaux grasses.

Si vous suivez un régime hypocalorique, pensez au blanc de poulet. Cette viande maigre, comportant des protéines d’excellente qualité, permet de faire le plein de vitamines du groupe B.

La vitamine A joue aussi un rôle important. On la retrouve sous différentes appellations : rétinol, acétate de rétinyle, linoléate de rétinyle ou palmitate de rétinyle. Cet antioxydant est un des rares éléments à pouvoir pénétrer jusqu’au derme et donc à agir en profondeurMais attention : comme la vitamine A augmente la sensibilité de la peau aux rayons solaires, il faut toujours l’utiliser conjointement à un écran solaire.

Si votre peau est pâle, terne, c’est que vous manquez peut-être de fer ou de vitamine C. Vous ne mangez donc pas assez de fruits et de légumes frais. Ces derniers se transforment, une fois digérés, en vitamine A, essentielle à la bonne santé de la peau. La vitamine C, antioxydante, agirait un peu comme un écran solaire (mais ne le remplace pas) pour protéger la peau des effets néfastes du soleil.

Le boudin noir est une très bonne source de fer. Le kiwi et la carotte sont riches en vitamine C et sont peu caloriques.

Vous avez sûrement déjà entendu parler de l’aloe vera pour ses propriétés hydratantes... Et bien effectivement, le gel d’Aloe vera possède des propriétés hydratantes et curatives pour la peau. Sachez qu’une lotion doit contenir au moins 0,5 % d’aloès pour que celui-ci joue un rôle significatif.

Pour les peaux sensibles et sèches, il est recommandé d’utiliser des produits à base d’avoine, produit naturel ayant fait ses preuves et dont les propriétés curatives sont connues depuis l’Antiquité. L’avoine est la céréale la plus riche en protéines et en acides gras. Cette haute teneur lui confère ses vertus apaisantes, nettoyantes en douceur et hydratantes. On peut bénéficier de ses propriétés par des crèmes, mais aussi par des bains.

Les fleurs de la camomille sont riches en principes anti-inflammatoires, antibactériens et cicatrisants. En application externe, ces substances favorisent la régénération de la peau et préviennent les infections. La camomille est utilisée sous forme de liquide, de crème, d’onguent ou de poudre pour traiter les inflammations muqueuses et cutanées.

Enfin, l’huile d’amande douce et le beurre de karité ont tous deux des propriétés émollientes et hydratantes.